Quand je suis tombé sur cet article, j’ai eu un peu peur. Magnus filerait il déjà un mauvais coton? Non. Il s’agissait juste du nom du site.

Il s’agit non seulement d’un regard avisé sur le retour d’un groupe qui n’a rien perdu de sa fougue après 10 ans d’absence et de son premier single, le percutant Singing Man, mais aussi une très bonne analyse de ce qu’est devenue au fil des ans la scène électro/rock belge et de la manière dont Magnus y a apporter sa griffe.

Erudit et passionnant, un très bon article à lire…

Tom Barman friand de Sound System et avide de création sent l’heure de la récréation sonner. Il fait appel à son vieux pote CJ Bolland, tous 2 ainés redoublants de cette nouvelle école. Magnus est né du fruit de ces 2 adultes épicuriens voulant s’amuser librement comme des gamins sur les machines, afin que le public en trouve un plaisir ludique, tant à domicile, qu’ en club ou en concert. CJ Bolland 10 ans avant cette formation était encore un véritable pionner dans le renouveau de l’Electro, notamment avec son Classic Track pointu et fou « sugar is sweeter » qui fera polémique en Angleterre. Non seulement pour son impertinence mais surtout pour l’accusation de plagiat par les Prodigy y entendant le copié/collé de leur single « Poison ». Subissant le boycotte de la crédibilité, il a dû reverser 25% des rentes sur les ventes. Bizarrement, 20 ans après force est de reconnaitre que le titre de CJ Bolland a mieux vieilli finalement que celui de Prodigy. Celui-ci aussi avec la gueule de bois a nul doute senti l’occasion de se réinventer avec Magnus.

L’intégralité de l’article est à lire ici.